L’innovation : Un état d’esprit ! | France
L’innovation : Un état d’esprit !

Le bouleversement technologique qui frappe aujourd’hui notre économie, devenue de plus en plus numérique, a fait naitre de nouveaux besoins et de nouvelles attentes, tant chez les clients que les partenaires, contraignant l’entreprise à se réinventer sous peine de se faire « uberiser* ». Alors il devient indispensable d’innover.

Mais l’innovation, c’est quoi ?

L’innovation, c’est ancrer la nouveauté dans la réalité. C’est un état d’esprit dans lequel chacun d’entre nous vise toujours l’amélioration continue et pense à des solutions qui sortent du quotidien.

L’innovation, c’est générer de nouvelles idées, effectuer des recherches, ajuster les processus, renouveler, élargir ou concevoir des produits et services, inventer un nouveau concept qui répondent aux exigences des clients, améliorer l’utilisation de la technologie… et dont l’objectif final est l’augmentation de la valeur de l’entreprise sur le marché.

L’innovation nécessite de l’audace, de l’inventivité, de l’agilité. C’est aussi comprendre que pour innover, il faut collaborer ; il faut créer, apprendre à échouer souvent et rapidement, et réessayer dans une démarche expérimentale et entrepreneuriale. Quand on parle d’innovation, on parle stratégie, offre, organisation, management. C’est ce qui permet à l’entreprise de se réinventer pour se différencier.

Innover permet de résoudre des problèmes, de trouver de nouvelles idées. Cela repose sur la capacité de l’entreprise à faire émerger les possibles et valoriser les idées du plus grand nombre.

La démarche s’envisage en décloisonnant les services au travers d’une nouvelle dimension transverse et agile qui implique des personnes volontaires venant d’horizons différents et qui souhaitent partager des expériences, des idées et même les expérimenter.

Mettre en œuvre un comité innovation qui rassemble des personnes venant de tous les services de l’entreprise est une façon de réfléchir sur la création d’une dynamique qui permet d’intégrer au sein de l’entreprise un vrai processus d’innovation par sérendipité* pour optimiser la transformation d’idées en projets probants pour l’entreprise. Que ce soit de l’innovation incrémentale ou disruptive*, cela va permettre à chacun d’entre nous d’exprimer ses idées novatrices, et ce, quelques soit les moyens : « boite à idées », forums de discussion, séances de brainstorming.

Cette phase durant laquelle des idées sont déposées et les informations clients transformées en insights*, s’appelle la phase d’idéation.

Les idées qui auront été sélectionnées entreront dans une phase appelée « phase de prototypage », ce qui permettra de tester, d’améliorer les innovations et de les ajuster pour répondre au marché. Ce principe s’appelle le « test and learn »*.

Mais l’agilité que demande l’innovation et les temps de plus en plus courts liés au « time to market »*, nécessitent aussi parfois d’ouvrir les portes vers l’extérieur pour accélérer la capacité d’innovation. En effet, une entreprise n’est pas toujours capable de produire elle-même toute l’innovation dont elle a besoin. Le numérique transforme si rapidement les marchés qu’il faut parfois avoir recours à ce que l’on appelle l’open Innovation*. L’open innovation permet un échange vertueux entre une entreprise et un écosystème de startups. C’est une autre manière d’enrichir son core-business, d’aller hors de son cœur de métier, de comprendre les nouvelles tendances, d’investiguer de nouveaux territoires et de faire éclore de nouveaux services.

Aujourd’hui plus que jamais, s’inscrire dans cette démarche globale d’innovation pour mieux accompagner ses clients et favoriser son développement au travers de projets innovants voire disruptifs est une des clés de succès pour trouver son océan bleu.

blog-image

*uberiser : modifier un marché ou un domaine en prenant « Uber » comme exemple.

*Sérendipité : néologisme du terme anglais “serendipity”, réaliser une découverte ou une invention de façon inattendue à la suite d’un concours de circonstances fortuit et très souvent dans le cadre d’une recherche concernant un autre sujet.

*Innovation incrémentale : consiste à améliorer un produit, un service ou un procède. Elle permet de prolonger la durée de vie d’un produit en le faisant évoluer au fil des besoins et des technologies, jusqu’à ce qu’il soit enfin remplace par un produit issu d’une innovation de rupture.

*Innovation disruptive : dit de « rupture », innovation majeure qui bouleverse, d’une part, les habitudes des producteurs et fournisseurs et, d’autre part, celles des clients et usagers.

*Insight : découverte soudaine de la solution à un problème sans passer par une série d’erreurs progressives.

Le Consumer insight ou insight consommateur peut se définir comme la perception par le consommateur d’un problème ou d’un dilemme irrésolu sur un produit.

*Test and learn : consiste à mettre en place des projets et de mesurer rapidement leurs efficacités afin d’évaluer la pertinence du projet.

*Time to market : c’est le temps qui sépare la décision de conception d’un produit nouveau, de sa mise à disposition sur le marché.

*Open innovation : le concept date de plus de 10 ans. Il a été vulgarisé par Henry Chesbrough dans son ouvrage fondateur paru en 2003 “Open Innovation”. L’innovation ouverte est un mode fonde sur le partage, la coopération entre entreprises, visant à créer de la valeur à partir d’un ou plusieurs écosystèmes existants ou à construire.


Que pensez-vous de cette publication?
Laissez-nous un commentaire.

avatar

*

Top